Alisa Resnik, One Another

A night out with Alisa Resnik

ALISA RESNIK, One Another, Galerie SIT DOWN, du 6 au 26 Septembre 2014. VIDÉO

La première fois que j’ai vu les images d’Alisa Resnik, elles étaient projetées sur écran géant dans la nuit étoilée d’Arles. Une situation idéale qui mettait en exergue l’atmosphère nocturne des photographies et la délicatesse de la lumière, effleurant à peine visages, corps et objets. Les tirages étaient eux exposés à la Galerie Huit où le support papier leur conférait une matérialité étrange et fragile. Ils sont visibles à Paris à partir du 6 Septembre à la Galerie Sit DownLire la suite

Chema Madoz

The thousand and one mirrors of Arles

Pendant les Rencontres Photographiques d’Arles, Juillet 2014, DIAPORAMA

Étrange atmosphère cette année aux Rencontres d’Arles! Les discours officiels se veulent rassurants mais tensions et inquiétudes demeurent palpables… Que vont devenir les Rencontres Photographiques dans le vaste projet pour l’art contemporain de la fondation LUMA? Seul l’avenir le dira et les relations que Sam Stourdzé saura (ou pas) tisser avec Maja Hoffmann seront sans aucun doute déterminantes, mais déjà le manque d’espaces est sur toutes les lèvres.

Lire la suite

Liz Hingley, Shanghai

On the edges of Shanghai with Liz Hingley

LIZ HINGLEY, Shanghai, éditions be-pôles, 2013 + Vidéo

J’ai rencontré Liz Hingley alors qu’elle était de passage à Paris, revenant de Sète après sa participation en tant qu’invitée à la 6ème édition du festival ImageSingulières où son travail sur une famille modeste du coeur industriel de l’Angleterre, « The Jones family », était exposé. Née à Birmingham, elle vit aujourd’hui à Shanghai. En Juillet 2013, ses malles à peine défaites, les éditions be-pôles lui commandent un portrait de la ville. Elle en choisit les marges et capture des scènes de vie aux stations terminus des lignes de métro en perpétuelle expansion. Lire la suite

Manoire Féraille

Le syndrome de Diogène

PASCAL MORAIZ, Souvenirs oubliés, 2010 + Nouvelle

Cette nuit mon oncle s’en est allé… Il vivait seul dans la grande maison familiale du Périgord qu’il remplissait chaque jour un peu plus de tout ce qu’il trouvait (vélos, tondeuses, outils, boîtes et autres objets en tout genre et de tout format…). Il remplissait le vide que nous avions laissé en ne vivant plus là. Et nous venions de moins en moins, faute de place. Il y a quelques années, quand la cohabitation était encore possible, nous venions y passer régulièrement quelques jours en été et Pascal, fasciné par l’accumulation de tous ces objets disséminés à l’intérieur et autour de la maison, avait commencé à les photographier.  Lire la suite

© Pascal Moraiz

Contemplation du week-end

PASCAL MORAIZ, Tea time au Musée de la Mer à Biarritz, 3 Janvier 2006, 16:47

Petite mise en bouche avec cet extrait du projet Bagnolet-Biarritz que Pascal montrera, entre autres, au Salon de la Photographie Contemporaine, Place St Sulpice, les 26 et 27 Mai (soit lundi et mardi prochains). Horaires : le lundi 26 mai de 15h00 à 22h00 et le mardi 27 mai de 11h00 à 20h00. Vernissage : le lundi 26 mai de 18h00 à 22h00

 

Le goût des mandarines

Patrick Taberna: the madeleine effect

PATRICK TABERNA, Le goût des mandarines, éditions Le Caillou Bleu,  + VIDEO

Il me semble que c’était à la librairie  Actes Sud, en Arles, pendant les Rencontres. En y feuilletant les livres photos, comme nous aimons le faire chaque année, nous avons partagé un vrai coup de coeur pour le livre «Au fil des jours», première monographie de Patrick Taberna, alors lauréat du Prix CCF (devenu HSBC). J’avais aimé la discrétion de son regard délicatement posé sur des moments de vie (la sienne) rendus suffisamment abstraits pour que chacun y trouve sa propre lecture. Et puis il y a eu «Le goût des mandarines»… Lire la suite

©Severine Harzo

Contemplation du week end

Mes images, Lune par-dessus le lierre, Montreuil, France, Août 2012

Montreuil, un soir de fin d’été. Nous dinions dans la cour, profitant des dernières belles et tièdes soirées. La lampe sur le mur éclairait les feuilles en haut du lierre. Dans le cadre de l’appareil, elle ressemblait à la lune. Le mur disparaissait faisant place à la nuit.

©Filipe Da Rocha

De l’autre côté du miroir bis

PETIT RAPPEL EN IMAGES & BONUS, FILIPE DA ROCHA, Exposition « De l’autre côté du miroir »Opéra Grand Avignon, Vernisssage le 21 Mai. 

Il y a quelques mois, Filipe da Rocha m’avait laissée me faufiler «De l’autre côté du miroir» et découvrir en coulisse une partie du projet qu’il préparait pour l’Opéra d’Avignon (voir le post correspondant du 22 Janvier). Petit reminder: le vernissage est prévu le 21 mai (dans une semaine donc) et l’exposition commencée le 2 Mai dure jusqu’au 27 Juin. Lire la suite