Derrière la Pluie

Les radieuses journées pluvieuses de CLAUDE GOBILLOT

L

orsque la pluie s’abat sur Paris, Claude Gobillot fait comme les escargots, elle sort de la coquille de son atelier. Munie de son appareil photo, elle abandonne pour un temps les natures mortes de son travail commercial, saute dans le premier bus venu et arpente les rues de la capitale. Là, blottie derrière la vitre, elle pose un autre regard sur la ville. Ses images comme des aquarelles esquissent une représentation mouvante de la vie citadine re-dessinée par l’ondée.

Une pulsion animale

Claude Gobillot a du mal à parler de ses images. Elle cherche ses mots et les mots qu’elle trouve, sans lui donner satisfaction, soulèvent des interrogations pour lesquelles elle n’a pas toujours les réponses. Pas facile de parler de son travail personnel sans parler de soi, sans se livrer encore un peu plus… Et Claude est quelqu’un de pudique. Comme un animal, elle s’approche doucement, zigzague, tourne, virevolte, hésite… C’est d’ailleurs ainsi qu’elle travaille. Dans une pulsion. Soudain, l’envie est là et doit être assouvie. Claude tourne alors autour de son sujet comme un félin autour de sa proie. Pourquoi? Comment? Finalement qu’importe…

Le temps comme moteur

Elle remarque seulement que le temps est un élément déclencheur. Le temps qu’il fait. Elle n’aime pas le beau temps, le grand soleil. La pleine lumière lui rend l’environnement et les autres trop invasifs. Par contre, dès qu’il pleut, chacun se replie sur soi, pelotonné sous son parapluie ou enfoncé dans le col de son imperméable. Chacun est avec soi. La pluie est propice à l’introspection. «Tout s’éteint quand il pleut» dit-elle. Les gens ne se regardent plus, tournés qu’ils sont vers eux-mêmes, luttant contre les éléments. C’est là, «au milieu d’eux mais coupée d’eux», que Claude aime regarder les mouvements de leurs vies se refléter dans les flaques d’eau.

Libre de douter

Une fois les images captives, il faut laisser le temps au temps. Les films attendent le moment qui paraîtra le plus opportun pour être développés. Ce temps de latence, d’incertitude est précieux. Tout ce que l’on projette sur les images sans savoir vraiment. On se doute bien mais on n’est pas sur. Avec le temps, on oublie même. En cela, l’argentique laisse la place à l’imprévu. C’est une acceptation de la perte de contrôle.  Et puis, quand le temps est venu, c’est la surprise, ou pas. On ne sais pas. C’est une vraie liberté de ne pas tout maîtriser aujourd’hui, de douter, de gommer les contours. C’est un luxe que Claude Gobillot s’autorise et qui émane de ses images hésitantes et fragiles. Un moment de grâce…

CLAUDE GOBILLOT«In», visions abstraites de la ville sous l’averse

2 Comments Derrière la Pluie

  1. Pingback: Derrière la pluie | IMAGESTORY | ImageSt...

  2. Cg 26 mars 2014 at 20:00

    Séverine,
    Je te remercie d’honorer le don qui t’as été donné d’écrire…surtout lorsqu’il s’agit d’écrire sur mon approche de la photographie…
    Ce que tu fais est précieux, et très motivant pour moi.
    A très beintôt
    Cg

    Reply

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *